comment reconnaître une championne qui traverse la rue?

Je ne suis pas du tout sportif, mais j’admire et aime ceux qui sont capables de monter en haut des marche-pieds, après avoir vécu des épreuves (voulues) dont ils n’ont jamais oublié l’idée à la fois, et ce n’est pas une répétition, d’en éprouver la douleur et d’en prouver la valeur. Ces athlètes n’ont pas le soutien (?) de hautes structures conviviales, telles que les représentent la Section Paloise, et pourtant  elles se hissent en haut du podium.

Elle, Jocelyne Pauly, est en haut, lui est troisième;

Lui, Maxime Cazajous, troisième.

Bien sûr, si nous avions des bottes de sept lieues, ces garnements seraient  ridicules! Mais en cherchant bien, dans le grenier des vieux parents, peut-être ne retrouverions qu’une chose, bien plus rapide et ne suant que des parfums d’enfance : courir sur les étoiles, loin des piédestals.  D’autres athlètes sont aussi présents dans la ville, des handicapés magnifiques (cf la Rép, vous les trouverez sans problème).

Il faut reconnaître à chacun sa capacité à partager son désir de vivre et à réaliser ses rêves, et non de les enclore dans des structures privées ouvertes aux seuls initiés, adhérents misérables d’une intimité factice, par trop consensuelle.

AK

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.