Corrida : l’exception de cruauté

La loi française punit sévèrement les mauvais traitements infligés aux animaux, avec des peines pouvant atteindre deux ans de prison et 30.000 euros d’amende pour les « sévices graves » ou les « actes de cruautés ». Dans ces conditions comment la corrida est-elle encore possible en France ? Les juges estiment-ils que les taureaux ne subissent aucun grave sévice, ni même de mauvais traitements ? Pas du tout : en réalité la corrida bénéficie d’une exception, l’exception de cruauté.

Durant une corrida le taureau reçoit successivement la pique, les banderilles, et l’épée de mise à mort. La « pique » est une longue lance terminée une pointe tranchante, que le picador plante et travaille à la base du cou : son effet principal est de blesser voire de trancher les fibres musculaires du cou, amenant l’animal à baisser la tête pendant les phases suivantes. Les banderilles sont des petits harpons munis de pointes de plusieurs centimètres de longs qui sont ensuite plantés à demeure dans les muscles du garrot : durant tout le reste du « spectacle » les banderilles déchirent petit à petit les muscles et infligent des souffrances au taureau à chacun de ses mouvements. A la fin, le taureau a droit à une mort rapide si le matador plante correctement l’épée dans une région vitale dès la première tentative… Dans le cas contraire l’agonie se poursuit. Il peut arriver que le taureau soit gracié dans l’arène, ce qui n’est la plupart du temps qu’un sursis avant qu’il soit achevé à l’abri des regards.

Voyons ce qu’en disent les différents textes de loi :

Article L215-11 du code rural :

Est puni d’un an d’emprisonnement et de 15.000 € d’amende le fait pour toute personne exploitant […] un élevage d’exercer ou de laisser exercer sans nécessité des mauvais traitements envers les animaux placés sous sa garde.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000022197698&idArticle=LEGIARTI000031283356

Article R215-4 du code rural :

Est puni de la peine d’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe, le fait pour toute personne qui élève, garde ou détient des animaux domestiques ou des animaux sauvages apprivoisés ou en captivité […] De les laisser sans soins en cas […] de blessure ;

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000035415777&cidTexte=LEGITEXT000006071367&dateTexte=20170810

Article R654-1 du code pénal :

le fait, sans nécessité, […] d’exercer volontairement des mauvais traitements envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006419578&dateTexte=&categorieLien=cid

Article R655-1 du code pénal :

Le fait, sans nécessité, […] de donner volontairement la mort à un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006419579&cidTexte=LEGITEXT000006070719&dateTexte=19940301

Article 521-1 du code pénal :

Le fait […] d’exercer des sévices graves, […] ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006418952&cidTexte=LEGITEXT000006070719&dateTexte=20061006

Personne ne peut sérieusement contester que la corrida devrait normalement tomber sous le coup de tous ces textes. Les qualifications les plus graves, à savoir les « sévices graves » (les blessures infligées par les piques et les banderilles) et l’acte de cruauté (baser un spectacle sur la souffrance d’un être vivant) pourraient s’appliquer. De tels traitements infligé à un chien horrifieraient probablement même la majorité des amateurs de corrida.

Ces textes sont bel et bien appliqués, les exemples se trouvant à la pelle par une simple recherche sur internet.

Alors, comment la corrida y échappe-t-elle ? Les juges estimeraient-ils contre toute évidence que les traitements infligés aux taureaux ne sont pas de la maltraitance ? Pas du tout, et la réalité est plus surprenante : la corrida bénéficie d’un régime d’exception (partagé avec les combats de coqs), précisé dans les articles R654-1 et 521-1 (« courses de taureaux » est le terme officiel désignant la tauromachie) :

Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie (1).

Donc battre un animal c’est mal, sauf là où c’est une tradition. L’absurdité de la situation n’échappera à personne : imagine-t-on la loi dire que battre sa femme est interdit, sauf dans les régions où cela se pratique ? Que brûler des gens est interdit, sauf là où les bûchers de sorcières sont une tradition ?

L’existence même de ce régime d’exception gravé dans la loi est la preuve que la corrida est bien un spectacle cruel durant lequel des sévices graves sont infligés aux taureaux : si tel n’était pas le cas, il n’y aurait eu aucun besoin d’instituer cette exception. Ne laissez donc jamais un défenseur de la corrida vous affirmer que les taureaux de combats ne sont pas gravement maltraités.

————-

(1) Notons au passage que le lobby tauromachique a mieux réussi à influencer la loi que celui des combats de coq : la « tradition ininterrompue » doit seulement être « invoquée » et non pas « établie », ce qui laisse en pratique la charge de la preuve contraire aux opposants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.